Comment renforcer la biodiversité en ville?

nid de tourterelle dans une jardinière sur un balcon en ville

Introduction sur la nature en ville

La Belgique, de par sa petite taille, est l’un des pays les plus urbanisés au monde. En effet, selon la Banque Mondiale, le taux d’urbanisation de la Belgique en 2019 était de 98%. Un pourcentage qui peut sembler inquiétant lorsque l’on connait le rôle néfaste du développement urbain sur la biodiversité.

Et pourtant, nos villes peuvent aussi jouer un rôle important dans la conservation de la nature et ainsi devenir le lieu d’une grande diversité d’êtres vivants ou biodiversité. Il existe, en effet, de nombreuses solutions qui permettent de favoriser et renforcer la présence d’espèces végétales et animales au sein de nos jardins, parcs et centres urbains. Au travers de cet article, nous souhaitons vous en présenter quelques-unes.

Qu’est-ce que la biodiversité urbaine ?

Avant toute chose, commençons par définir clairement ce que nous entendons par biodiversité urbaine. Cette notion, essentielle dans la recherche d’un meilleur équilibre entre l’homme et son environnement naturel, désigne la diversité du vivant au sein de nos parcs, jardins de ville et centres urbains. Elle intègre en ce sens les divers niveaux d’organisation que sont la variabilité génétique au sein des espèces, la diversité entre espèce et la diversité des écosystèmes.

La biodiversité urbaine regroupe d’une part la biodiversité qualifiée d’ordinaire (moineau domestique, mésange bleue, coccinelle, hérisson, lierre…), mais également des espèces rares ou protégées (chauves-souris, faucons pèlerins, abeilles sauvages…).  L’objectif est de comprendre la relation entre ces différentes espèces, ainsi que les services que la nature peut nous rendre, afin de faire en sorte que tous les êtres vivants puissent vivre en harmonie les uns avec les autres.

5 idées pour favoriser la biodiversité en ville

Les techniques dédiées au renforcement de la biodiversité urbaine sont multiples. Elles se fondent cependant toutes sur une action commune qui consiste à rendre nos jardins, nos parcs et nos villes entières plus attractives pour la faune et la flore. Favoriser le retour de différentes espèces végétales et animales au sein de nos centres urbains, c’est effectivement là tout l’enjeu !

paysage urbain et périurbain mettant en avant les continuités écologiques

L’aménagement des parcs urbains et autres espaces verts

Les espaces verts (parc, friche, jardin individuel, potager individuel et collectif…) remplissent de nombreux objectifs écologiques et sociaux. En plus de réintroduire la nature au cœur de nos villes et d’offrir un refuge à de nombreuses espèces de la flore et de la faune, ils jouent un rôle prépondérant dans la qualité de vie des habitants. Lieux de rencontre et d’échange, ces espaces de nature permettent de créer du lien social et suscitent un sentiment de convivialité indéniable.

fleur pissenlit poussant dans des graviers dans le cadre d'une gestion différenciée

La gestion différenciée des espaces verts publics et des jardins privés

En ville, les espaces verts n’ont pas tous la même fonction. Si certains nécessitent davantage d’entretien, d’autres au contraire peuvent laisser plus de liberté à la flore spontanée et à la faune sauvage. L’objectif visé avec la gestion différenciée est d’adapter les méthodes d’entretien aux différentes espèces végétales et à l’espace qu’elles occupent : limiter l’usage des produits phytosanitaires, une gestion rationnelle de l’eau ou le fauchage tardif en sont des exemples.  C’est ainsi l’occasion de favoriser une nature spontanée, avec une flore diversifiée et attirant son lot d’espèces animales. Cette gestion différenciée peut également être appliquée dans les jardins privatifs !

façade et balcon végétalisé d'un bâtiment offrant des refuges pour la biodiversité

Intégrer la biodiversité dans le bâti

De plus en plus populaires en ville, les toits végétalisés, la végétalisation des façades et la création d’abris spécifiques pour la faune jouent un rôle essentiel dans le renforcement de la biodiversité.

En matière de flore, la végétalisation des toitures et façades permettent le développement d’une grande variété de plantes et de végétaux qui servira d’abri pour de nombreux animaux : insectes, arachnides, oiseaux… viennent y habiter, s’y nourrir, s’y reproduire et se reposer entre deux déplacements. Il est même possible de créer des toits abritant un potager. Véritable projet d’agriculture urbaine, ils deviennent alors des ressources nouvelles pour les habitants de la ville.

La création de nichoirs pour oiseaux, d’hôtels à insectes, de gites à chauve-souris ou pour les écureuils sont divers aménagement qui peuvent faire la différence.

espace vert aménagé en faveur de la nature

La création de continuités écologiques

Les continuités écologiques sont essentielles dans la lutte contre la fragmentation des milieux naturels dans nos villes :

  • Les parcs et jardins, mais aussi les potagers, les friches et les bois, constituent des réservoirs de biodiversité urbaine. Ces espaces verts jouent donc un rôle de refuge important.
  • Les corridors écologiques sont des éléments du paysage, souvent linéaire (haies, bandes fleuries, alignement d’arbres, chapelets de mares…), qui relient différents refuges de biodiversité. Ces structures naturelles permettent le déplacement de la faune (oiseaux, rongeurs…) ainsi que la dissémination de la flore.
  • Les passages fauniques, enfin, permettent aux animaux de se déplacer librement et de franchir différents obstacles comme les clôtures ou les routes.
fleur butinée par un pollinisateur sauvage

La préservation des pollinisateurs

Parmi les processus les plus impactés par l’urbanisation, se trouve celui de la pollinisation. Les pollinisateurs (abeilles, papillons, bourdons…) ont vu leur population diminuer en même temps que nos villes s’agrandissaient.

Or, les abeilles sauvages sont très actives dans la pollinisation des plantes à fleurs, tant les espèces sauvages que celles cultivées. Elles jouent donc un rôle essentiel dans le maintien de la biodiversité végétale. Leur protection est un enjeu de taille et une réelle priorité. Et pour cela, il existe diverses solutions : la plantation de bandes fleuries contenant des plantes mellifères, la gestion différenciée des espaces verts qui les accueillent, la création d’hôtels à insectes…

Favoriser la biodiversité urbaine : conclusion

Il est certain que nous devons penser au monde de demain et aux générations futures. Les solutions à notre disposition pour créer un monde durable, où l’homme et la nature vivent en harmonie, existent. Fabriquées de béton et de bitume, nos villes peuvent néanmoins se transformer pour accueillir une biodiversité toujours plus importante. C’est en tout cas l’objectif que nous visons chez E-BIOM et la raison pour laquelle nous mettons notre expertise écologique et biologique au service des entreprises et projets d’aménagement territorial.

Share this post